To read this article in English, click here.

By Vincent Turmine |

Kayes, Mardi 4 novembre, voilà 13 jours que Fanta Koné, 2 ans, est décédée de la maladie Ebola. Le premier cas Ebola au Mali inquiète les autorités et toute la ville. Kayes, la ville du rail, pourrait voir l’épidémie se répendre dans toute la ville et plus, si rien n’est fait. A peine arrivé avec Shannon Strother et moi-meme rejoignons l’équipe de Daberé Dembélé, chef du bureau de zone de Kayes pour comprendre la situation. Le constat est lourd. Le mali n’est pas prêt à faire face si un nouveau cas se déclare. La tension est palpable sur le regard des kayesiens et la cohorte de véhicules se dirigeant vers l’Hôpital Fousseyni Daou inquiètent plus qu’ils ne rassurent. L’un des objectifs de la mission est de renforcer la sensibilisation et de limiter la diffusion de rumeurs notamment sur les contacts placés manu militari en isolement.

« U-Report, c’est super simple »

Il est 16h dans le bureau de la Direction Régionale de la Protection de l’Enfant et de la Famille quand Youssouph Marega et Kadiatou Marie Angèle Daou organisent une rencontre avec l’équipe d’UNICEF. Enjeu, lancer le premier club U-report au Mali pour contrer le virus Ebola. Échanges, explications, U-report intrigue. Kadiatou définie U-report ses amis parlementaires. « C’est super simple. Tu t’inscrits, puis tu réponds à 5 questions sur ton âge, si t’es une fille ou un garçon, ou tu habites, qu’est-ce que tu fais. Et voilà c’est complétement gratuit ! Mais après tu vas pouvoir répondre à des questions sur nos problèmes, donner ton opinion et dire quand cela ne va pas ! »

Le ton est donné, U-report, c’est cool mais c’est pas facile à comprendre. Marega, Président adjoint du parlement régional reprend : « Avec U-report, on va avoir l’information de ce que tout le monde pense et on va pouvoir le dire haut et fort ! La meilleure chose, c’est de présenter U-report au lycée demain ! »

Mercredi 5 novembre, Lycée Dougoukolo Konaré, 15h – Le plus grand lycée de la ville semble endormi par le chaud soleil, le proviseur surpris, fait l’éloge de son établissement, modèle de réussite et de rigueur devant la large délégation d’UNICEF. Rigueur vous dites ! Marega déboule en retard sans l’uniforme réglementaire. Le proviseur en profite pour mettre les actes aux paroles. « Dis moi comment tu t’appelles ? Tu auras moins 10 sur ta moyenne ! »

Les élèves arrivent au compte-goutte dans la cour sableuse du vieux lycée. Marega non remis de sa punition, accompagne la délégation, t-shirt bleu vêtu, vers la salle de la 10ème B. Le capharnaüm est rompu par le surveillant qui organise la classe tel un chef légionnaire. L’atmosphère est plombée, personne ne pipe un mot. Là, je me dis : « L’ambiance est sérieuse ici, ce n’est pas gagné . »

Salle de la 10eme C du Lycée Dougoukolo Konaré de Kayes
Salle de la 10eme C du Lycée Dougoukolo Konaré de Kayes

« D’une pluie de questions … »

Marega comprend qu’il va falloir ruser. Sous la surveillance des adultes et notamment du surveillant principal, les élèves n’osent pas parler. Dans un silence de cathédrale, Marega s’élance ! « Bon, voilà », repensant à sa sanction. « Nous sommes venus vous présenter U-report, une application SMS qui permet à nous, les jeunes, d’échanger entre nous ! Vincent est là pour nous expliquer comment ça marche. » Kadiatou d’un ton plus fort : « Est-ce que vous avez compris ? » – Personne ne répond …

« Vous envoyez M.A.L.I. au 36019 et automatiquement, vous recevez une question. Faut répondre. Après tu as une autre question. Et tu réponds encore. Vous faites comme ça pour 5 questions. » Les mains se lèvent timidement. Les adultes commencent à partir pour vaquer à leurs occupations.

Dès lors, les mains se lèvent une à une. « Monsieur, Monsieur, est ce qu’on peut envoyer gratuitement des SMS à ses amis ? » lance une voix intéressée. Kadiatou répond : « Nooon, U-report va te permettre de répondre à des questions que tu reçois sur ton téléphone. En répondant tu peux partager ton avis et ensemble dire ce qui ne va pas au Mali. » Une main se lève, puis une autre puis trois.

  • « Comment ça marche ? »
  • « Moi je n’ai pas de téléphone, je fais comment ? »
  • « On a besoin d’internet ? »

L’ordre affiché devant les adultes laisse place à un concert de questions. Kadiatou, en bonne chef de file, remet de l’ordre : « Hop Hop Hop, pas tous en même temps ! Le plus simple c’est d’envoyer MALI au 36019*. Allez-y ! » Le calme reprend un court instant le temps de taper les quatre lettres. Les questions fusent à nouveau.

  • « Monsieur Vincent, j’ai rien reçu ! »
  • « Ca bouffe mon crédit ? »
  • « Est-ce que tout le monde peut s’inscrire ? Même mon frère ? »
  • « J’ai envoyé mais ça marche toujours pas !»

Marega tente d’animer les longues minutes qui s’écoulent pour éviter un flop : « On se lève tous et on me suit ! Tama ! Tama ! Tamarico ! » chante Marega en frappant des mains repris de plus belle par l’ensemble de la salle.

Diami, Rokiatou et Aichata attendant les premiers SMS de U-report
Diami, Rokiatou et Aichata attendant les premiers SMS de U-report

… à un concert de sonneries »

Ca y est, les SMS arrivent. Le sourire au bord des lèvres, Diami, Rokiatou et Aichata s’échangent leur téléphone. « Tu as répondu quoi à cette question ? » Djibril Kanouté regarde par-dessus l’épaule de Rokiatou, curieux pendant que Maïmouna envoie déjà son 3ème SMS. « Félicitations, vous êtes officiellement U-reporter » répète à haute-voix Mariama !

Marega reprend la parole et tente de percer le bruit de l’excitation générale. « S’il vous plait, S’il vous plait ! » rappelle-t-il en vain. Marega veut s’assurer que tout le monde a compris U-report et est capable d’expliquer à nouveau ce qu’U-Report peut apporter à la jeunesse du Mali. « On va faire un quizz, et pour ceux qui répondent correctement, j’offre un T-Shirt U-Report ! Avec quoi tu vas utiliser U-Report ? »

La bagarre fait rage entre les élèves du Lycée Dougoukolo Konaré. « U-report, ça fonctionne avec tous les téléphones ! », crie Harouna tendant le bras pour attraper son T-Shirt. « Quel est le numéro de U-Report ? » Lance Kadiatou. Les filles sont pas en reste, criant en cœur : « Moi, Moi ». Fatoumata dite M’Bamakan heureuse d’être choisie, répond : « 36019 ! » sautant en meme temps de joie à l’idée d’avoir son T-Shirt.

En dix minutes, Marega est à court de T-Shirts et de questions mais son pari est gagné : Kayes a le premier Club U-Report au Mali. Arborant fièrement son T-shirt blanc floqué du logo vert et jaune de U-Report, Marega énonce les activités futures. « On va recruter les 3000 Elèves du Lycée et aller à Kayes N’Di pour parler à ceux qui ne sont plus à l’école ! » Il est 17h30, U-report Mali est lancé à Kayes et la vieille ville ferroviaire dispose d’une armée pour lutter contre Ebola.

Club U-report de Kayes, premier club au Mali
Club U-report de Kayes, premier club au Mali
Print This Story