Par Ye Ra KIM,  Chargée de la gestion de l’information, du suivi-évaluation et de la communication | Programme Education | UNICEF Centrafrique

Cliquez ici pour lire la première note de blog sur EduTrac en RCA.

Le 9 décembre 2015 à Bangui, EduTrac a été officiellement lancé en République centrafricaine (RCA) en présence d’autorités du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MENESRS), de directeurs d’école de Bangui et de ses environs, de journalistes et de représentants de l’UNICEF.

« Je suis vraiment heureuse que le Ministère ait décidé d’introduire EduTrac. Cela va vraiment m’aider dans mon travail. » a expliqué avec enthousiasme une directrice d’école, après s’être inscrite sur EduTrac en envoyant un SMS avec le mot « EduTrac » au numéro court «4004».

Le Ministère et l'UNICEF ont présenté avec succès EduTrac lors du lancement officiel à Bangui. © UNICEF 2015/KIM
Le Ministère et l’UNICEF ont présenté avec succès EduTrac lors du lancement officiel à Bangui. © UNICEF 2015/KIM

Les principaux intervenants du Ministère et de l’UNICEF, y compris un officiel du Ministère, la Représentante adjointe de l’UNICEF Centrafrique et le Directeur de la Direction des Statistiques du Ministère, ont tous exprimé leurs espoirs et leurs attentes pour EduTrac. Ils ont rappelé aux spectateurs les défis majeurs qui affectent le secteur de l’éducation en RCA à cause du manque de données fiables et actualisées sur les écoles. Par exemple, des informations de base telles que le nombre total des écoles, le nombre des écoles fonctionnelles et le nombre d’élèves qui fréquentent les écoles ne sont pas disponibles[1], ce qui affecte directement la capacité du Ministère de prendre des décisions éclairées sur les directives et les politiques de l’éducation. Les intervenants ont également mentionné comment EduTrac jouera un rôle d’appui important dans les efforts déployés par le Ministère pour rétablir le système d’information de gestion de l’éducation (SIGE). Ils ont remercié le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), qui a financé les activités relatives à la mise en œuvre d’EduTrac.

Les principaux intervenants du Ministère et de l’UNICEF ont exprimé leurs espoirs et leurs attentes pour EduTrac lors de son lancement officiel. ©UNICEF 2015/KIM

Les principaux intervenants du Ministère et de l’UNICEF ont exprimé leurs espoirs et leurs attentes pour EduTrac lors de son lancement officiel. ©UNICEF 2015/KIM

Au fur et à mesure que le Ministère et l’UNICEF réalisaient des progrès sur EduTrac, de nombreux défis liés aux questions techniques et au conflit en RCA ont été réglés avec succès.

Plus important encore, les incidents sécuritaires qui ont balayé Bangui en fin septembre et à la mi-octobre 2015 ont entraîné un retard considérable dans le lancement des activités d’EduTrac. Plusieurs semaines de «confinement» à Bangui à cause d’une nouvelle vague de violences ont retardé ou compromis la plupart des activités dans le secteur de l’éducation, et ont ralenti le retour des enfants dans les écoles après la rentrée scolaire officielle. Ainsi, à cause de l’insécurité, les priorités se sont portées sur des interventions pour l’éducation en situation d’urgence pour aider les populations nouvellement déplacées ; EduTrac a donc été temporairement mis en attente.

L’application EduTrac était une nouveauté pour beaucoup d’acteurs impliqués dans sa mise en œuvre, y compris les opérateurs de réseaux téléphonique. En conséquence, l’intégration du numéro court 4004 sur les réseaux téléphoniques et sa mise en œuvre effective ont pris plus longtemps que prévu. Certains opérateurs étaient très favorables à EduTrac et soutenaient sa mise en œuvre; d’autres, moins convaincus de l’importance du projet, hésitaient à le rejoindre. Il a fallu de longues  négociations facilitées par des autorités du gouvernement et le Représentant de l’UNICEF Centrafrique,  pour que les quatre réseaux téléphoniques intègrent le numéro court d’EduTrac dans leurs systèmes.

Pendant les missions de sensibilisation sur le terrain, le Ministère et l’UNICEF se sont également rendu compte d’un problème qu’ils n’avaient pas anticipé : beaucoup de directeurs d’école ne savaient pas comment envoyer des SMS. Les former a pris du temps et de l’énergie qui n’avaient pas été prévus.

EduTrac a été accueilli avec enthousiasme par les directeurs d’école en tant qu’outil qui peut améliorer leur travail. ©UNICEF2015/KIM
EduTrac a été accueilli avec enthousiasme par les directeurs d’école en tant qu’outil qui peut améliorer leur travail. ©UNICEF2015/KIM

En dépit de tous ces défis, le déploiement d’EduTrac est resté une priorité. Les directeurs d’école et les cadres du Ministère ont continué à porter le projet avec enthousiasme. Malgré les frustrations engendrées par le retard au démarrage, le Ministère et l’UNICEF ont organisé plusieurs missions de sensibilisation, y compris dans les régions les plus éloignées du nord-est et du nord-ouest du pays. Compte tenu des moyens de transport limités et de l’insécurité, il était particulièrement important de pouvoir atteindre ces régions : en effet,  les  contributions les plus importantes d’EduTrac proviendront des réponses SMS envoyées par les directeurs d’école dans ces régions difficiles d’accès.

Un staff de l'UNICEF présentant EduTrac devant des directeurs d'école et des autorités éducatives locales à Ndélé dans la préfecture de la Bamingui-Bangoran au nord de la RCA. ©OCHA2015/SASSO-ZANDO
Un staff de l’UNICEF présentant EduTrac devant des directeurs d’école et des autorités éducatives locales à Ndélé dans la préfecture de la Bamingui-Bangoran au nord de la RCA. ©OCHA2015/SASSO-ZANDO

Pendant les missions de sensibilisation, la distribution de prospectus a grandement aidé les directeurs d’école à comprendre comment fonctionne EduTrac. En outre, des spots radio sur EduTrac en français et en sango (la langue nationale de la RCA) ont contribué à la sensibilisation des directeurs d’école sur EduTrac. Un des directeurs d’école m’a dit qu’il avait entendu parler d’EduTrac à la radio pour la première fois.

Un staff UNICEF aide des directeurs d’école à s’inscrire à EduTrac. ©UNICEF2015/KIM
Un staff UNICEF aide des directeurs d’école à s’inscrire à EduTrac. ©UNICEF2015/KIM

Parmi les six indicateurs de l’enquête EduTrac, deux ont suscité un intérêt particulier de la part des directeurs d’école. Le premier était la présence des enseignants. En effet, de nombreux directeurs d’école que j’ai rencontrés considéraient que rapporter la présence des enseignants dans les salles de classe à travers EduTrac était une étape importante pour l’avenir. Une directrice a ainsi raconté que, par le passé, elle envoyait ses rapports sur papier, avec un suivi très lent de la part du Ministère, voire pas de suivi du tout.

“Des rapports ont été parfois perdus sur la route. Sinon, il fallait parfois plusieurs mois pour envoyer un rapport et recevoir une réponse des autorités du Ministère. Je crois que la méthode EduTrac basée sur SMS aidera à établir un système de reporting plus rapide et régulier sur la présence des enseignants et à trouver des solutions à ce problème chronique d’absentéisme dans beaucoup d’écoles en RCA “.

Un directeur d’école explique comment s’inscrire à EduTrac. ©UNICEF2015/KIM
Un directeur d’école explique comment s’inscrire à EduTrac. ©UNICEF2015/KIM

Screen Shot 2016-01-11 at 11.54.57 AMD’autre part, le directeur d’une école située dans une région au centre-est du pays était particulièrement intéressé par la possibilité de signaler des incidents sécuritaires potentiels dans son école via EduTrac.

 «Mon école est plutôt isolée, avec des moyens très limités de communication et de transport pour nous relier au monde extérieur. Malheureusement mon école a été plusieurs fois prise pour cible par des groupes armés. Je suis heureux de pouvoir utiliser EduTrac désormais pour informer les autorités des incidents dans mon école pour des interventions rapides “.

Le lancement réussi d’EduTrac n’est que le début du processus d’amélioration de la collecte et de la disponibilité de l’information sur l’éducation en RCA. Le Ministère et l’UNICEF vont continuer à travailler pour identifier des stratégies et des actions efficaces pour consolider EduTrac comme une partie intégrante du système de collecte de données du Ministère, tout en encourageant l’appropriation de cette innovation par le gouvernement.

 

 

 

 

Des directeurs d’école participant à un test-pilote de l’enquête EduTrac. ©UNICEF2015/KIM
Des directeurs d’école participant à un test-pilote de l’enquête EduTrac. ©UNICEF2015/KIM
Lors du lancement officiel, les autorités du Ministère représentant le Ministre et la Direction des Ressources Humaines ont eu l’occasion de participer à l’enquête EduTrac. ©UNICEF2015/KIM
Lors du lancement officiel, les autorités du Ministère représentant le Ministre et la Direction des Ressources Humaines ont eu l’occasion de participer à l’enquête EduTrac. ©UNICEF2015/KIM

[1] La publication du dernier annuaire statistique du pays date l’année 2011-2012, avant la crise actuelle.  

Print This Story